LE PONT BLEU

 

Du haut de ses 90 mètres, une des plus grandes grues d’Europe siège à l’ouest de la gare de Renens depuis la fin de juin. Ce point de repère éphémère au beau milieu des palissades et d’un noeud de trafic autoroutier produit une congestion qui ne sera améliorée qu’à la fin de ce titanesque chantier.

On l’aurait presque laissé filer à travers la fenêtre du wagon, et pourtant son profil en V et son impressionnante envergure, ajouté à cela la cadence  du train, nous donne pour ainsi dire le vertige. Immobile et silencieuse lorsqu’elle n’est pas en fonction, la grue s’active pourtant depuis quelques semaines à démembrer et à reconstituer le Pont Bleu. On l’aperçoit de loin s’agiter gracieusement au rythme de la nuit.

Certains vous diront : « Mais quel pont ? Ah oui celui qui traverse les voies ? Hm… Ils le remplacent ? Je m’y perds avec toutes ces grues à Renens !» et puis d’autres : « Oh mais le nouveau pont sera bleu cette fois ? » « Il paraît oui. » Autant d’interrogations qui se démêlent lorsque les pièces de ce gigantesque puzzle prennent place pour constituer le nouveau visage de cette infrastructure.

Et cela va sans dire ! Les pièces d’un jeu de legos s’imbriquent à échelle 1 et c’est, pour ainsi dire 4 travées remplacées intégralement dont une en béton précontraint, 3 travées assainies et l’ensemble des tabliers (plate-formes horizontales d’un pont) refait à neuf ainsi qu’une nouvelle pile centrale pour assurer la stabilité. L’appui intermédiaire au milieu des voies CFF est de plus supprimé car celui-ci présentait un risque de collision trop important en vue du trafic ferroviaire qui ne cesse d’augmenter. La nouvelle structure bleue du pont assure donc une portée deux fois plus importante et vise à assurer la pérennité de l’ouvrage.

©SWISS FLY – BORIS BRON

 

Certains curieux ont déjà eu l’occasion d’observer le démantèlement des travées fin juin et mi-juillet au beau milieu de la nuit. Six semaines durant, l’ardeur de près de 70 ouvriers a ébranlé le lieu, à coup de forage, remblayage, montage, ancrage, extraction, coffrage, levage et bétonnage.

Et c’est le 14 juillet au petit matin que les Renanais se réveillent avec ébahissement face à la structure enfin posée dans la nuit. Son profil structurel d’un bleu vif et massif de près de 410 tonnes donne au quartier gare un tout autre paysage urbain. Pas de doute, le point de jonction routier entre le quartier sud et le quartier nord vient d’être rétabli et non sans la surprise de ceux qui ont toujours connu cette liaison à Renens.

En piochant dans les témoignages du passé, les alentours avoisinants la gare de Renens accueillaient bel et bien un pont de couleur bleue à la structure métallique. Cet ancestral et chétif pont présent à l’époque prolonge la mémoire du lieu en adoptant dans un nouvel élan un ouvrage aux prouesses d’aujourd’hui.

Tandis que les fondements sont à présent établis, les ultimes finitions restent encore à venir. Entre les parois antibruit, les parapets en béton séparant piétons/cyclistes/trafic routier, la pose de l’étanchéité et la pose de revêtements dont celle phono-absorbante, la grande dame bleue se couche et disparaît mais le chantier continuera de vivre au travers des prochaines saisons …

 

Galerie photos du chantier ici

 

Partenaires :

0 commentaire

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir une expérience optimale de navigation. En continuant de visiter ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies.

J’ai comprisEn savoir plus